Coup de tête

17 février 2007

Postit

Alalala un postit on peut tant de chose avec, garder des pages, cacher son écran ou encore faire des choses qui démontrent par 1 + 1 = 2 que nous sommes des artistes en Term STG                                           
DSC00195   

DSC00196

DSC00198

Posté par Jaky à 17:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]


22 décembre 2006

Les escargots

les escargots... chap 2

Escargot... un mot anodain pour une chose anodine ? Savez vous que pour combattre les escargots dans le monde on leur a donné des noms grotesques ? Mais on ne devrais s'appelait que comme on le souhaite ce n'est pas au autre de décider pour nous.
Ainsi en rosbif : snail
       en schleu : Schnecke
       en latino :  caracol
       en wiking : slak
       en couscous kebab : الحلزون
       en voldka : улитка
       et en bol de riz ? ben avec des baguettes

Posté par Jaky à 21:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 décembre 2006

Discution msn

Vive msn on fait des beaux dessins on est des Ârtisteux ;)

                      Sans_titre

Posté par Jaky à 17:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 décembre 2006

La parabole des deux sentinelles "Jade"

Il était une fois un prince d'une lointaine province, immensément riche et puissant, qui décida un jour de s'adonner à la quête de la seule chose qui lui manquât : le bonheur.
Il commença par clouer l'aiguille de son baromètre sur beau fixe et à immobiliser la girouette, car lorsque cette dernière était mal tournée, il devenait lui-même de fort méchante humeur. En vérité, il avait remarqué à quel point l'homme est sensible aux états d'âme --- ces climats intérieurs qui décident de notre bonheur ou de notre mauvais sort---, et il était bien décidé à mettre toute les chances de son coté.

"Puis il recruta deux augures, réputés pour être les plus talentueux oracles du royaume, l'un pour son inspiration très spontanée, l'autre pour sa sagesse et la lucidité de ses prophéties. Les deux augures se présentèrent le jour dit, et le Prince les accueillit dans son for intérieur.
- On m'appelle l'Espérance, dit gaiement la première créature, et à son air enjoué sans raison, le Prince avait quelque raison de penser qu'il avait affaire à une illuminée.
- On m'appelle la Crainte, dit l'autre en tressaillant, et ses yeux hagards portaient les signes de l'anxiété.
"Dès qu'il les vit, le Prince fut surpris de constater à quel point les deux augures qu'on lui avait recommmandés étaient différents l'un de l'autre. Son étonnenment fut d'autant plus grand lorsqu'il apprit que ces deux singulières créatures étaient cousines au premier degré, et qu'elles ne se séparaient jamais.
- Pourquoi es-tu verte, toi ?
- Parce que je suis l'Espérance, pouffa la première sur un ton d'évidence.
- Et toi, pourqoui es-tu bleue ? - Oh ! Je tiens ça de ma mère qu'on appelle la peur...
"Le Prince leur donna le titre honorifique de faiseurs de l'Etat d'âme et en fit ses deux sentinelles dévouées, dont la mission était de veiller sur ses sentiments en se relayant de jour comme de nuit. Elles surveillaient les lointains et se manifestaient dès qu'un fait notable apparaissait dans le ciel. Elles délivraient régulièrement des bulletins climatiques inérieurs qui décidaient des états d'âme du Prince. Bref, elles faisaient la pluie et le beau temps dans le coeur de leur maître.
"Pour ce dernier, c'était chaque jour le supplice de l'attente, car ses sentinelles apportaient des informations contradictoires qui ne laissaient pas de le troubler, au point qu'il ne savait plus trop à quoi s'en tenir, ni à quel sentiment se vouer. Face au même évènement, l'une des sentinelles encourageait ses élans et attisait ses rêves de bonheur et de sérénité, tandis que l'autre ne cessait de le contaminer de doute, et d'entretenir en lui la fièvre de l'incertitude.
"Ainsi l'Espérance lui lançait avec fougue :
- Vois comme il fait beau ! Vois comme tout est à la fois simple et sublime sous le soleil ! Qu'attends-tu pour être heureux ? La vie est comme une mère qui te tend les bras. Je vais convertir ton coeur à l'enthousiasme et à la ferveur.
"Portée pour le moins à tempérer les excès lyriques de sa cousine, la Crainte tirait le Prince par la manche afin d'attirer sa vigilance sur les probables maléfices que pouvait dissimuler cette clémence momentanée des cieux. Elle murmura gravemant à son oreille, telle une confidente l'honorant d'un secret important :
- Il fait beau certes, mais ça ne va pas durer. Quand tout semble au beau fixe, méfie-toi : cela cache toujours quelque chose. Rien n'est éternel sous le ciel, et ce qui est aujourd'hui peut très bien ne plus être demain. La nature est une marâtre.
« Tiraillé entre l'Espérance et la Crainte, le Prince ressentit un malaise profond. D'autant qu'il s'était très amoureusement épris d'une jeune beauté dont la seule pensée lui procurait d'intenses sentiments d'exaltation qui alternaient avec d'étranges accès de doute et de douloureux tourments.
« Le jour où un violent orage vint à éclater dans le coeur du Prince, la Crainte lui annonça sur un ton victorieux
- Je te l'avais bien dit. Vois : j'ai toujours raison !
« Le Prince convoqua expressément l'Esperance, et lui demanda avec autant de dépit que de sévérité
- Pourquoi m'as-tu menti ? « L'Espérance sourit
- Homme de peu de foi ! Certes, après le coup de foudre vient l'orage. Mais ensuite, le ciel devient pur et lumineux, et le paysage merveilleusement beau. Simplement, il faut savoir attendre la fin de l'orage. Si chacun s'enferme chez soi parce qu'il craint la pluie, alors les saisons passent de façon monotone, chacun reste à l'abri des plus beaux états d'âme de la nature qui, dans l'âme humaine, s'appellent les passions. Et l'on meurt sans avoir goûté véritablement la saveur de ces si belles nuits d'orage qui préparent la beauté des journées suivantes, et la délicieuse morsure d'un soleil à nouveau ardent.
- Ne l'écoute pas, rétorqua la Crainte. La vie est comme une fontaine : elle pleure toujours.
« L'Espérance rectifia
- La vie est comme une fontaine : elle chante toujours. Il suffit de savoir l'écouter.
« Crainte, remarqua le Prince, cela rime avec complainte. Et Espérance avec enfance. Le Prince décida d'accorder un peu moins de crédit à la Crainte.
-- A quoi sert un surcroît de sagesse, pensat-il, si celui-ci n'est qu'appréhension du lendemain, ou perpétuelle expectative de l'événement contraire ? Les meilleures choses ont peut-être une fin. Mais elles ont aussi un commencement. Alors, commençons d'être heureux. Et soyons un peu moins sensibles à la force des choses, dont c'est la nature de perturber les horizons et d'éclipser pour un temps, un temps seulement, notre enthousiasme. Qu'importe au fond si le soleil n'est qu'un éphémère et dérisoire défi aux éléments, pourvu que l'on sache en apprécier la caresse et en goûter le baiser. Et si par le cycle des saisons le soleil se fait moins chaleureux ou plus rare, eh bien considérons que c'est par coquetterie. Où puiserait-on la joie débordante des retrouvailles s'il n'y avait pas de séparation ?
« Ainsi, le Prince de cette lointaine province, qui avait jusqu'alors voulu régir jusqu'à l'ordonnancement du jardin secret de chacun de ses sujets, s'en remit à la versatilité du vent.
« Il rendit sa liberté à l'aiguille du baromètre, puis à la girouette qui eut bien du mal à se décider face à la courtoisie des quatre vents. Le soir même, elle avait épousé le sud-est, et le Prince tira ses volets avec un sourire de satisfaction. Quelques heures plus tard, il crut
entendre entre deux songes, le grincement de l'ouest. Mais comme pour se convaincre qu'il n'y aurait pas de contre-temps, il s'en remit à la providence et s'empressa de s'endormir sur l'image de la girouette qui flirtait avec le vent du sud.
« Le lendemain, le Prince connut sa première vraie journée de bonheur : tout était maussade et sombre autour de lui et sous le ciel, mais son coeur était resté au beau fixe. Il avait décidé d'employer l'Espérance à temps complet et d'en faire la sentinelle exclusive de son Etat d'âme. La Crainte partit en soupirant, mais n'eut guère de mal à retrouver du service, car en dépit de sa mauvaise réputation, elle était très courtisée par les hommes... »

Posté par Jaky à 14:16 - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 novembre 2006

le jeu des stroumphs

Le méconnu mais néanmoins célèbre jeu des stroumph arrive sur vos écran!!

Le matos: -Une bonne VHS des lutins bleus (l'épisode 24 de la saisons 68 est mon préféré, à savoir "les stroumph bégayeurs", vous comprendrez pourquoi...)

              - Une valoche de bière, fraîche de préférence

Condition physique: à jeun pas trop de chose dans le bide quand sa ressort c'est du gaspiyageuuuuu

Le but: boire quand on entend "stoumph" à la TV...

Bonne amusement !! A la semaine prochaine pour d'autre idée à la c**

stroumpf1_1_

Posté par Jaky à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'univer

L'univers est t'il infini ? c'est une bonne question si vous vous emmerdez en cour ou si vous savez plus quoi faire aprés avoir fait le jeu des stroumphs completement caisse... Dsl pour la photo mon Pc ne prend pas l'univers en entier...

univers_ss_1_

Posté par Jaky à 19:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Les escargots

Les escargots... Chap 1

Escargot une maniere de vivre: on fait rien et on reste a baver sur notre feuille de salade.

Escargot un génocide oublié: on mache notre mache donc et là sprotch un bipède nous écrase alors regarde sous vos pieds ou j'alerte la SPDE (Société Protectrice Des Escargots).

Escargot une resistance: aprés de nombreux mort dans les rangs de ces gastéropodes ils déciderent de prendre le maquis. On les trouve maitenant partout ils ne devraient pas être ! sous les Meubles de jardins derrière les portes exterieures (et donc à l'interieur) etc...

Maitenant vous êtes prevenus!! "ILS" sont parmis nous, "ILS" se multiplient! Faites attention à vos gamins !

     escargot_1_

Posté par Jaky à 18:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]